Signature sous haute tension pour le Contrat de plan Etat-région (CPER) 2023-2027 en Île-de-France

Signature sous haute tension au siège du conseil régional d’Île-de-France

La signature du volet mobilités du Contrat de plan Etat-région (CPER) 2023-2027 au siège du conseil régional d’Île-de-France a été le théâtre de vives tensions politiques. Le ministre des Transports a été accueilli par des protestations de la part de l’opposition, dénonçant notamment le non-respect des engagements sur le non-cumul des mandats. Malgré ces agitations, l’accord prévoit un investissement conséquent de 8,4 milliards d’euros, dont 3,7 milliards de la région, pour moderniser les infrastructures de transport en Île-de-France.

Publicités

Un engagement financier significatif pour la région

L’accord prévoit une participation financière importante de la région, qui s’engage à hauteur de 3,7 milliards d’euros. Cet investissement vise avant tout la modernisation du réseau existant, avec des projets ambitieux tels que l’automatisation des lignes de RER et l’électrification de certaines branches du Transilien. De plus, la région compte investir 4,3 milliards dans les cinq prochaines années pour améliorer les différentes mobilités, notamment en renforçant le réseau vélo et en modernisant les infrastructures routières.

Des projets ambitieux pour l’avenir des transports en Île-de-France

Au-delà de la modernisation du réseau existant, le CPER prévoit également des projets de développement, tels que l’extension des lignes de tramway, la création de voies réservées aux bus et au covoiturage, ainsi que des investissements massifs dans l’intermodalité. Ces initiatives visent à répondre aux enjeux de mobilité de demain et à préparer l’arrivée des Jeux olympiques de 2024, tout en offrant des solutions de transport plus durables et efficaces pour les Franciliens.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *