Donald Trump confronté à un procès civil pour fraude financière

Donald Trump aux prises avec un procès civil pour fraude financière

Le 11 janvier, Donald Trump a une nouvelle fois transformé son procès civil en tribune politique en dénonçant une « ingérence électorale » à quelques jours du vote des républicains dans l’Iowa. Accusé avec ses fils Eric et Donald Jr d’avoir manipulé la valeur de ses actifs pour bénéficier de prêts avantageux, l’ancien président des États-Unis a plaidé son innocence en dénonçant un complot politique ourdi par la procureure de New York, Letitia James. L’accusation reproche à l’empire Trump d’avoir surévalué de manière colossale ses biens immobiliers, et réclame désormais une amende de 370 millions de dollars ainsi que l’interdiction de gérer des affaires à New York pour Donald Trump et ses deux fils majeurs pendant cinq ans.

Publicités

La défense de Donald Trump, qui a tenu à assurer partiellement sa propre défense, se base sur le fait que les évaluations immobilières sont subjectives et que les prêts des banques ont été remboursés avec succès. L’ancien président a également envenimé le procès en attaquant publiquement le juge et la procureure générale, entraînant des amendes et un climat tendu autour du tribunal. Malgré les incertitudes judiciaires et les tensions, Donald Trump demeure le grand favori des primaires républicaines, avec l’ouverture des votes à l’Iowa prévue pour le 15 janvier.

A quelques jours de la clôture des débats, le verdict se fait attendre et l’enjeu est de taille pour Donald Trump. Bien que ce procès civil pour fraude financière ne le menace pas de prison, il pourrait avoir des répercussions importantes sur son avenir politique. L’accusation affirme détenir des preuves concluantes des manœuvres frauduleuses du clan Trump, et le juge devra déterminer le préjudice et les réparations dans les prochaines semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *