Révélations choquantes lors du procès de Monique Olivier pour l’enlèvement d’Estelle Mouzin

Aujourd’hui, la cour d’assises des Hauts-de-Seine a été le témoin de révélations troublantes de la part de Monique Olivier, jugée depuis le 28 novembre. L’accusée a donné des détails sur les derniers moments d’Estelle Mouzin, la fillette de 9 ans enlevée le 9 janvier 2003 en Seine-et-Marne. Devant la cour, Monique Olivier a expliqué comment elle avait vu la petite fille pour la première fois, choquée et en colère d’apprendre sa présence chez Michel Fourniret. Elle a décrit les circonstances de la séquestration, avouant qu’elle savait ce qui allait arriver à Estelle mais n’a pas agi pour la sauver.

Publicités

L’interrogatoire de Monique Olivier a été tendu, avec son avocat tentant de la mettre en confiance pour qu’elle puisse s’exprimer librement. Malgré tout, l’accusée est restée évasive sur certains points, provoquant des tensions avec le président de la cour d’assises. Les parties civiles ont cherché à obtenir plus d’informations, notamment sur l’emplacement où le corps d’Estelle Mouzin pourrait se trouver, mais Monique Olivier a déclaré qu’elle serait incapable de le retrouver. Cette journée a été marquée par des révélations glaçantes sur les agissements de Michel Fourniret et la complicité de son épouse dans cette affaire tragique.

En parallèle à ce témoignage, le fils de Michel Fourniret, Selim Fourniret, a pris la parole devant la cour d’assises pour la première fois. Son témoignage a apporté un éclairage nouveau sur l’enfance au sein du couple Fourniret-Olivier et sur ce qu’il a appris de ses parents à travers les médias. Selim Fourniret a déclaré n’avoir vu ni entendu quoi que ce soit d’inhabituel lors de l’enlèvement d’Estelle Mouzin, soulignant le caractère dissimulateur de ses parents.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *