Accord historique à la COP28 pour une transition hors des énergies fossiles

La COP28 à Dubaï a abouti à un accord historique sur l’avenir des énergies fossiles. L’accord, nommé Global Stocktake, engage les États à une « transition hors des énergies fossiles » dans les systèmes énergétiques. Cette décision « historique pour accélérer l’action climatique » a été saluée par de nombreuses personnalités, mais certains soulignent l’absence d’un calendrier contraignant pour cette transition. Malgré cela, beaucoup voient dans cet accord un signal fort vers un « futur décarboné » et une étape importante qui engage le monde dans une transition sans énergies fossiles.

Publicités

Les négociations à la COP28 ont été tendues, avec un débat houleux entre les pays favorables à une sortie des énergies fossiles à terme et les pays producteurs attachés à leur modèle économique. Finalement, le compromis trouvé a utilisé une formule diplomatique habile en inscrivant dans le texte la nécessité d’une « transition hors des énergies fossiles dans les systèmes énergétiques », sans préciser de date. Cette formulation vise à satisfaire les parties les plus ambitieuses tout en cherchant à embarquer les pays en développement et émergents dans une évolution « juste, ordonnée et équitable » des économies.

Malgré cet accord historique, certains s’interrogent sur son impact réel. En l’absence d’une date de sortie des énergies fossiles et d’un caractère contraignant pour les signataires, la question de savoir si cet accord sera suffisant pour enclencher une véritable transition vers des énergies renouvelables reste posée. Les défis à relever dans les mois à venir sont nombreux, et les prochaines étapes vers une planète sans fossiles dépendront largement des politiques mises en œuvre par les États.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *