Les Grands Buffets de Narbonne envisagent un déménagement à Carcassonne

Les Grands Buffets de Narbonne envisagent un déménagement à Carcassonne

Le président du Syndicat mixte du Domaine départemental de Bayssan a œuvré pour l’accueil à Béziers de l’ambitieux projet porté par le patron des Grands Buffets de Narbonne, Louis Privat. Il dit sa « déception » de voir anéantie ce qu’il considérait comme une belle opportunité pour le territoire. De son côté, Robert Ménard regrette le projet initial, plus mesuré, et dénonce « l’hypocrisie » du Département. Nouveau rebondissement concernant l’ambitieux projet des Grands Buffets. Le grand restaurant narbonnais envisageait, en effet, depuis plusieurs mois, un déménagement pour se déployer à Béziers ou Carcassonne.

Publicités

Des difficultés en matière d’urbanisme sont officiellement évoquées concernant le site de Bayssan. L’option biterroise n’est donc plus. Une nouvelle qui se devinait toutefois depuis plusieurs jours… au regard des doutes émis par Robert Ménard, le maire de Béziers, sur la pertinence d’implantation d’une halle gourmande en périphérie biterroise ou encore sur le montage financier qui nécessitait des millions d’euros d’argent public. « Si ça ne s’est pas fait, tout le monde comprendra pourquoi » Une « déception » pour Philippe Vidal, le président du Syndicat mixte du Domaine départemental de Bayssan. « Louis Privat a eu l’élégance de m’appeler ce lundi matin. Il aurait préféré Béziers mais c’était compliqué pour des raisons d’urbanisme. Si ça ne s’est pas fait, tout le monde comprendra par ailleurs pourquoi…

Robert Ménard : « Une véritable hypocrisie » À la suite de la publication du communiqué de Louis Privat, le patron des Grands Buffets, Robert Ménard « salue l’élégance de Monsieur Privat ». Et tient à souligner que ce dernier évoque uniquement les difficultés en termes d’urbanisme pour justifier l’élimination de Béziers. « J’avais des limites sur ce projet, comme la construction de halles, je lui ai expliqué que cela nuirait au centre-ville. La deuxième réserve concernait le financement dans un partenariat public-privé ». « Ce qu’il nous demandait était très compliqué en termes de financement. Je souhaite à Louis Privat bonne chance, je vais voir s’il reste à Narbonne ou pas… »

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *