Evacuation d’un squat à Briançon met le maire en danger

Evacuation d’un squat à Briançon

Ce matin, le maire de Briançon s’est exprimé à propos de l’évacuation d’une ancienne maison occupée par des militants d’ultra-gauche et des migrants. En réaction à la situation, il a expliqué qu’il avait pris ses responsabilités en signant un arrêté municipal d’évacuation, n’ayant pas voulu attendre que la trêve hivernale soit terminée. Il a notamment souligné que la propriétaire de la maison avait saisi la justice et obtenu une décision d’expulsion, suspendue jusqu’au 1er avril, mais qu’il avait décidé d’agir pour éviter tout risque pour les enfants de l’école voisine.

Publicités

Depuis cette évacuation, le maire de la ville, Arnaud Murgia, affirme être victime d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux. Il a déclaré que des affiches à son effigie avec des slogans odieux avaient été placardées dans toute la ville, le désignant comme une cible. Face à ces agissements, il a annoncé son intention de déposer plusieurs plaintes et de saisir le parquet de Gap. Malgré ces attaques, le maire affirme qu’il ne laissera pas ces individus instaurer un climat de peur dans sa ville.

Le squat évacué, baptisé « Les jeunes pousses », était devenu le seul point de chute des migrants après la fermeture du lieu d’accueil géré par l’association « Tous migrants ». Les propriétaires de la maison occupée avaient déjà porté plainte et une procédure judiciaire pour l’expulsion des squatteurs était en cours. Suite à des plaintes de parents d’élèves concernant des nuisances, le maire a pris un arrêté de « péril grave et imminent », constatant des dangers pour les habitants des lieux.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *