Le patronat exprime ses préoccupations sur la loi sur l’immigration

Le patronat s’exprime enfin sur le projet de loi sur l’immigration

Après avoir été le grand absent des débats autour du projet de loi sur l’immigration, le patronat a enfin pris la parole pour exprimer ses préoccupations. Confronté à des pénuries de main-d’œuvre dans presque tous les secteurs de l’économie, le président du Medef a souligné que, d’ici 2050, la France aurait besoin de 3,9 millions de salariés étrangers. Le patronat, resté silencieux ces derniers mois, exprime ses inquiétudes quant à l’occultation du volet économique du débat sur l’immigration au profit de la question des régularisations.

Publicités

Des besoins immenses dans l’industrie et les services à la personne

Face à la baisse de la population active en France et aux nombreuses tensions sur le marché du travail, le patronat met en avant les besoins importants de main-d’œuvre étrangère dans des secteurs tels que l’industrie et les services à la personne. En effet, selon le président du Medef, plus de 1 million de postes seront à pourvoir dans l’industrie, et 800.000 postes dans les services à la personne d’ici 2030. Ces chiffres soulignent l’importance de l’immigration choisie pour répondre aux besoins de l’économie française dans les années à venir.

Les livreurs à vélo, oubliés du volet sur la régularisation par le travail

Le débat sur le projet de loi sur l’immigration a également mis en lumière l’oubli des livreurs à vélo dans le volet consacré à la régularisation par le travail. En effet, les travailleurs indépendants tels que les coursiers, souvent issus de l’immigration, ne trouvent pas leur place dans les critères de régularisation. Ce vide juridique soulève de nombreuses interrogations sur l’adaptation des lois aux évolutions du monde du travail, et les conséquences pour ces travailleurs souvent précaires.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *