Des élèves menacés par des jets de projectiles

Des élèves menacés par des jets de projectiles

Les élèves de l’école André Allar de Marseille sont confrontés à une situation alarmante. En effet, ils ne peuvent plus sortir en récréation ou sont contraints de raser les murs afin d’éviter d’être la cible de projectiles lancés depuis les fenêtres des immeubles avoisinants. Ce qui a commencé avec des jets de légumes et de fruits a désormais atteint des proportions inquiétantes, avec la découverte d’objets tels que des excréments, des préservatifs usagés, voire même un sabre. Les parents d’élèves sont légitimement préoccupés, craignant pour la sécurité de leurs enfants ainsi que pour le climat scolaire.

Publicités

Des mesures annoncées pour assurer la protection

Face à cette situation intenable, la mairie de Marseille a annoncé vouloir mettre en place un « cocon protecteur » pour empêcher tout drame. Parmi les mesures envisagées, l’installation de nouveaux filets pour intercepter les projectiles, sans pour autant transformer l’école en prison, est envisagée. De plus, la municipalité prévoit également d’installer des caméras de vidéosurveillance au sein de l’établissement afin d’identifier les auteurs des actes malveillants et de les sanctionner. En parallèle, la ville a mis en demeure le bailleur social des immeubles environnants de trouver des solutions pour mettre fin à ces agissements.

Des parents d’élèves inquiets face à l’absence de solutions concrètes

Malgré ces annonces, les parents d’élèves restent sceptiques quant à l’efficacité des mesures prises, déplorant qu’aucune solution concrète n’ait été trouvée jusqu’à présent. Une récente réunion avec les autorités locales n’a pas permis d’apporter de réponses satisfaisantes, laissant planer un sentiment d’impuissance et d’insécurité chez les parents d’élèves. Ces derniers craignent que la situation ne dégénère davantage et appellent à une action rapide et efficace pour protéger les enfants et assurer un environnement sain au sein de l’école.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *