Interdiction de vente d’huîtres dans le nord de la baie de Bourgneuf suite à une intoxication collective

Suite à une intoxication alimentaire collective survenue lors d’un repas organisé pour la Sainte-Barbe par les sapeurs-pompiers de Saint-Gilles-Croix-de-Vie en Vendée, touchant une quarantaine de personnes dont 20 pompiers, le préfet de Loire-Atlantique a pris la décision d’interdire la vente d’huîtres en provenance du nord de la baie de Bourgneuf. Les autorités sanitaires ont annoncé la présence d’un norovirus sur des malades ainsi que sur des huîtres prélevées dans la zone concernée, entraînant cette mesure préventive. Les conchyliculteurs de la région, à l’approche des fêtes de fin d’année, sont fortement touchés par cette interdiction et craignent une période difficile économiquement.

Publicités

Cette décision a provoqué une vague d’inquiétude parmi les producteurs, notamment ceux qui ont fourni le lot incriminé par les autorités. Un producteur a témoigné sur l’impact de cette mesure sur son activité, indiquant que des analyses effectuées sur ses propres lots n’ont rien révélé. Il entend contester cet arrêté et demander des analyses plus poussées pour tenter de sauver la période festive cruciale pour leur économie. En outre, le lien entre l’intoxication des huîtres et les surverses de stations d’épuration a également été évoqué, soulevant des questions sur les infrastructures et les mesures de prévention à prendre.

Pour les conchyliculteurs touchés, cette interdiction est vécue comme un coup dur, d’autant plus que la période des fêtes représente habituellement une période cruciale en termes de ventes. Certains évoquent des pertes importantes et une période prolongée de commercialisation de leurs produits en raison de cette mesure préventive.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *