Un élève arrêté pour avoir proféré des menaces de mort contre son professeur sur Instagram

Suite à une plainte déposée par un professeur de mathématiques scolarisant dans un lycée privé du Chesnay-Rocquencourt, un élève de ce même établissement a été arrêté à son domicile pour avoir proféré des menaces de mort via le réseau social Instagram. Le professeur a déclaré ne jamais avoir eu de conflits avec cet élève, le décrivant comme étant solitaire et régulièrement absent des cours. L’adolescent, âgé de 16 ans, qui n’avait pas d’antécédents judiciaires, a diffusé la photo du professeur ainsi que ses menaces de mort sur le réseau social. Il a été placé en garde à vue par le parquet de Versailles qui a ouvert une enquête pour éclaircir les circonstances de cette affaire.

Publicités

Les menaces de mort ont été proférées sur le réseau social Instagram à l’encontre d’un professeur de mathématiques du lycée privé catholique Blanche de Castille situé au Chesnay-Rocquencourt, dans les Yvelines. Les propos, écrits en anglais, expriment clairement la volonté de causer du tort au professeur, qualifié de « putain d’intello que personne n’aime ». Le professeur a rapidement porté plainte à Versailles sans rapporter de conflits particuliers avec l’adolescent en question, le qualifiant plutôt d’avoir un « comportement isolé » et de manquer souvent les cours. Les autorités judiciaires ont ouvert une enquête sur cette affaire et le suspect a été placé en garde à vue.

Le principal suspect, âgé de 16 ans, aurait proféré des menaces de mort envers son professeur de mathématiques via le réseau social Instagram. Le jeune, scolarisé dans un lycée privé catholique du Chesnay-Rocquencourt, aurait diffusé la photo du professeur ainsi que des menaces écrites en anglais, appelant à l’agression et à la mort du professeur. Le professeur n’a signalé aucun conflit avec le suspect, le considérant comme isolé et régulièrement absent des cours. Le parquet de Versailles a ouvert une enquête et l’adolescent a été placé en garde à vue pour faire la lumière sur cette affaire.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *