Un conflit entre chasseurs et communauté rurale en Ardèche

Une scène d’horreur en Ardèche

Samedi 16 décembre, une scène d’horreur a secoué la communauté de Longo Maï, située entre Arcens et Chanéac, en Ardèche. En effet, deux chasseurs ardéchois ont découvert leurs sept chiens de chasse abattus sur une propriété appartenant à cette communauté rurale. D’après les témoignages des chasseurs, les canidés auraient été tués par balles, touchés notamment par « une balle entre les deux yeux », alors qu’ils poursuivaient du gibier lors d’une battue au sanglier.

Publicités

Des versions contradictoires émergent quant aux circonstances de ce drame. D’un côté, les chasseurs affirment que leurs chiens n’avaient fait que suivre le gibier, tandis que des membres de la communauté rapportent que les canidés s’étaient attaqués à leurs cochons d’élevage. Cette communauté Longo Maï, fondée en 1973 dans la mouvance des événements de mai 1968, prône un mode de vie autonome et solidaire, en rupture avec le modèle capitaliste.

Les tensions persistent entre les chasseurs et la communauté, des menaces ayant été proférées des deux côtés. Alors que les chasseurs ont décidé de porter plainte pour le massacre de leurs chiens, la communauté a également déposé une plainte en raison des menaces reçues. Cette affaire soulève des questions autour de la cohabitation entre les communautés alternatives et les activités de chasse en milieu rural.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *