Tensions agricoles en France: Mobilisations et évacuation musclée

Les agriculteurs bretons de la Confédération paysanne se sont mobilisés mardi après-midi en occupant les locaux de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) à Rennes. Ils ont ainsi exprimé leur demande d’une aide de l’État pour poursuivre vers une agriculture visant la préservation des terres et de l’environnement. Leur action a pris une tournure tendue en soirée lorsque le préfet d’Ille-et-Vilaine a ordonné leur évacuation, justifiant cette décision par la nécessité de garantir la sécurité des personnes et des biens. Malgré cette évacuation « musclée », la Confédération paysanne prévoit de tenir un point ce mercredi devant les locaux de la DRAAF.

Publicités

Dans le nord-est de l’Eure, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) a orchestré une mobilisation en retournant les panneaux d’entrée d’agglomération dans soixante-dix communes, dans le but de dénoncer la surréglementation et la pression administrative pesant sur les exploitants agricoles. Cette opération, nommée « On marche sur la tête », visait également à obtenir des soutiens de la population et des élus locaux. L’objectif était de rappeler l’importance d’avoir des agriculteurs dans les territoires et de ne pas les perdre. Certains soutiens ont d’ailleurs été exprimés par des municipalités ayant laissé sciemment les panneaux retournés.

Malgré l’évacuation « musclée » des agriculteurs bretons de la Confédération paysanne à Rennes, la colère des agriculteurs affiliés à la FNSEA et aux Jeunes Agriculteurs semble loin de s’apaiser. En effet, la mobilisation se poursuit, cette fois dans le cadre des négociations commerciales avec la grande distribution. Les agriculteurs ont également exprimé leur mécontentement concernant un accord de libre-échange récemment conclu avec la Nouvelle-Zélande, soulignant les enjeux liés à l’origine des produits et aux accords commerciaux internationaux.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *