Naufrage du « Cycnos » : Deux marins-pêcheurs portés disparus

Tragédie en mer : le naufrage du « Cycnos »

Les hélicoptères ont quitté le ciel de Ciboure et les sirènes des pompiers ont disparu de l’horizon. L’océan continue de battre la digue de Socoa, à l’entrée de la baie de Saint-Jean-de-Luz. Les flots ont englouti les deux marins-pêcheurs du « Cycnos », originaires d’Arcachon, portés disparus depuis 2 heures du matin. La préfecture maritime de l’Atlantique a décidé de l’arrêt des recherches, les probabilités de les retrouver en vie étant quasi nulles dans une eau à 13°C. La mort n’avait pas frappé le port de Saint-Jean-de-Luz-Ciboure depuis des années, et la communauté des pêcheurs est en deuil.

Publicités

Une enquête a été ouverte pour comprendre comment et pourquoi le « Cycnos » a fini par s’échouer sur la digue de Socoa. Immatriculé à Arcachon, le navire, un fileyeur d’une douzaine de mètres, est la propriété d’un armateur de Gujan-Mestras. L’hypothèse d’une avarie de barre ou d’un problème moteur n’est pas écartée, et l’audition du troisième marin devrait apporter des éléments de réponse. Les conditions météorologiques difficiles au moment de l’accident interpellent également, avec une mer « forte » et beaucoup de brouillard.

Restent les deux derniers matelots, des Sénégalais de 58 et 30 ans, toujours portés disparus. Un dispositif de grande ampleur a été mis en place pour les retrouver vivants, mais les conditions météorologiques dégradées ont rendu les recherches difficiles. Toute la communauté des gens de mer partage le même chagrin, et l’enquête devra déterminer les circonstances exactes du drame et l’avenir du « Cycnos » et ses marins.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *