Manifestations en France pour la Journée Internationale des Migrants

Manifestations à travers la France pour la Journée Internationale des Migrants

Lundi, à l’occasion de la Journée Internationale des Migrants, des milliers de personnes se sont rassemblées dans différentes villes de France pour manifester contre le projet de loi immigration. À Paris, Marseille, Toulouse et Nantes, des collectifs de sans-papiers et des militants associatifs ont défilé pour protester contre ce qu’ils qualifient de projet de loi « raciste ». La préfecture de police a interdit le parcours initialement prévu, mais cela n’a pas empêché les manifestants de revendiquer leurs droits dans une ambiance festive. La régularisation des travailleurs sans-papiers et le versement de certaines prestations sociales sont au cœur des revendications.

Publicités

Les protestations contre le projet de loi immigration ne se limitent pas aux grandes villes. En Seine-Saint-Denis, des hommes sans-papiers se rassemblent devant un magasin de bricolage dans l’espoir de trouver du travail non déclaré et rémunéré en liquide. Ils dénoncent la dureté de leur situation, alors que le projet de loi immigration aggrave encore leur précarité. Ces manifestations s’étendent également en province, comme à Rennes où le syndicat Solidaires 35 organise un rassemblement contre le texte, dénonçant l’un des textes les plus régressifs sur le droit des étrangers en France depuis 40 ans.

Actions de solidarité et protestations en Lozère

À Mende, en Lozère, le Réseau éducation sans frontières (RESF 48) a appelé les habitants à se rassembler pour protester contre la loi immigration de Gérald Darmanin et soutenir les personnes menacées d’expulsion du territoire français. Plus de 70 Lozériens ont répondu à cet appel, menant une action devant la préfecture pour sensibiliser sur le nombre de migrants morts aux frontières. Cette mobilisation met en lumière la solidarité et la lutte contre les injustices dont sont victimes les migrants, même dans les territoires les plus reculés de France.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *