La banalisation de la consommation d’alcool chez les jeunes

La banalisation de la consommation d’alcool chez les jeunes

Un récent sondage a révélé que 70 % des Français estiment acceptable de faire goûter de l’alcool à des mineurs lors des fêtes de fin d’année. Cette banalisation de la consommation d’alcool chez les jeunes inquiète de nombreux spécialistes qui mettent en garde contre les effets néfastes de cette pratique. Ils soulignent notamment le lien entre l’âge du premier verre et le risque de développer une dépendance à l’alcool à l’âge adulte, ainsi que les effets délétères de l’alcool sur le cerveau en développement des adolescents.

Publicités

Une responsabilité des parents

Des chiffres alarmants indiquent que 42 % des parents pensent qu’il n’est pas grave que leur enfant de moins de 18 ans boive de l’alcool pendant les fêtes. Les spécialistes mettent en avant le rôle essentiel des parents dans la prévention de la consommation d’alcool chez les jeunes, soulignant la nécessité de retarder au maximum la première rencontre avec l’alcool. Ils insistent sur le fait que la banalisation de la consommation d’alcool dans le cercle familial menace la santé des jeunes et appelle à une sensibilisation plus ferme de la part des autorités.

Des enjeux socioculturels et sanitaires

La résistance à la prévention de la consommation d’alcool chez les jeunes est attribuée à des enjeux socioculturels profondément ancrés, ainsi qu’à l’influence des lobbys de l’alcool. Pourtant, les spécialistes insistent sur l’importance de protéger les jeunes des risques liés à la consommation d’alcool, rappelant que l’alcool est le deuxième facteur de risque évitable de cancer et responsable de milliers de décès chaque année en France. Ils appellent donc à une action plus ferme des autorités pour limiter la consommation d’alcool chez les jeunes et sensibiliser les familles aux dangers de cette pratique.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *