L’heure des repas : un impact sur les maladies cardiovasculaires

Un lien surprenant entre les heures des repas et les maladies cardiovasculaires a été mis en évidence par une récente étude publiée et cosignée par l’Inrae et l’Inserm. Selon les conclusions de cette étude, les heures des premiers et derniers repas de la journée pourraient influencer la probabilité de contracter une maladie cardiovasculaire. En effet, manger après 21 heures est associé à une augmentation de 28% du risque de maladie cérébrovasculaire, tandis que prendre son petit-déjeune tardivement est lié à un risque accru de 6% pour chaque heure de retard.

Publicités

L’étude a également souligné l’impact potentiellement bénéfique du jeûne nocturne prolongé sur la réduction des risques de maladies cérébrovasculaires, telles que les AVC. Selon les chercheurs, l’adoption d’une combinaison d’une heure précoce pour le dernier repas de la journée et du premier du lendemain pourrait avoir des effets préventifs significatifs sur les maladies cardiovasculaires.

Cependant, malgré ces conclusions, l’étude observationnelle présente quelques limites, notamment en raison de l’absence d’une étude randomisée et du caractère déclaratif des données. Les chercheurs reconnaissent donc que d’autres études et analyses sont nécessaires pour confirmer ces résultats et mieux comprendre l’impact des horaires de repas sur la santé cardiovasculaire.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *