Une jeune gendarme de 18 ans sauve la vie d’un nouveau-né en étouffement

Une jeune gendarme de 18 ans a récemment sauvé la vie d’un nouveau-né de 13 jours dans la brigade du Pont-de-Claix, en Isère. Arrivée depuis à peine trois semaines, Maëlys Saint-Denis a su appliquer les bons gestes pour sauver le bébé en état d’urgence. Racontant l’intervention, la jeune femme témoigne avoir pris le bébé dans ses bras et lui avoir administré cinq claques dans le dos pour le faire respirer à nouveau, mettant ainsi à profit sa formation de secourisme acquise lorsqu’elle était sapeur-pompier volontaire. La mère de l’enfant a décrit cet événement comme un « miracle de Noël avant l’heure » et a exprimé sa reconnaissance envers la gendarme pour avoir sauvé sa fille.

Publicités

Arrivée sur place suite à un appel d’urgence, Maëlys a fait preuve d’un sang-froid exemplaire en sauvant le bébé de l’étouffement. La jeune gendarme a pris des mesures rapides pour désobstruer les voies respiratoires du nourrisson, ce qui lui a permis de reprendre conscience. La maman de l’enfant, profondément émue, a exprimé sa gratitude envers Maëlys pour son action courageuse. La jeune gendarme, nouvellement intégrée à la brigade, a démontré non seulement ses compétences professionnelles, mais aussi sa capacité à gérer le stress dans des situations critiques.

La formation de secourisme acquise par Maëlys lorsqu’elle était sapeur-pompier volontaire a joué un rôle essentiel dans son intervention pour sauver le bébé en détresse. En effet, grâce à ses connaissances et à son sang-froid, la jeune gendarme a réussi à canaliser son stress et à réaliser les bons gestes pour sauver la vie de la petite Maïssaa. Sa réactivité et son courage ont été salués par la famille du bébé, qui ne tarit pas d’éloges en exprimant sa reconnaissance envers Maëlys pour avoir sauvé sa fille.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *