La présidente du Rassemblement national renvoyée devant le tribunal correctionnel de Paris pour détournement de fonds publics

La cheffe du Rassemblement national, Marine Le Pen, ainsi que 26 autres personnes, dont son père Jean-Marie Le Pen, seront jugées à l’automne 2024 pour détournement de fonds publics. L’affaire concerne le détournement présumé de fonds de l’Union européenne pour rémunérer des assistants d’eurodéputés qui travaillaient en réalité pour le parti, selon l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel.

Publicités

Le procès, qui aura lieu du 30 septembre au 27 novembre 2024, mettra en cause plusieurs personnalités clés du Rassemblement national, notamment 11 ex-eurodéputés du parti, douze de leurs anciens assistants parlementaires, ainsi que quatre collaborateurs du parti d’extrême droite. Le parti lui-même sera également jugé en tant que personne morale.

L’enquête, débutée en 2015 à la suite d’un signalement du Parlement européen, concernait des irrégularités supposées de versements de salaires à des assistants parlementaires par le Rassemblement national. Après plusieurs refus de se présenter devant les juges, Marine Le Pen a été mise en examen en juin 2017 pour « abus de confiance » et « complicité », des poursuites requalifiées plus tard en « détournement de fonds publics ». Le préjudice présumé est estimé à 6,8 millions d’euros pour les années 2009 à 2017, selon les déclarations du Parlement européen.

Le procès s’annonce comme l’une des affaires judiciaires les plus importantes pour Marine Le Pen et le Rassemblement national. La cheffe du parti a toujours contesté toute infraction dans ce dossier et affirmé que le procès lui donnerait l’occasion de se défendre et de faire valoir ses arguments. Aucun autre commentaire n’a été émis par le Rassemblement national ou ses représentants.

Cette affaire met en lumière les soupçons de détournement de fonds publics au sein du Rassemblement national, soulevant des questions sur la légitimité des actions du parti et de ses dirigeants au cours des années 2004 à 2016.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *