Veto hongrois concernant l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne

Les discussions au Conseil européen de jeudi et vendredi à Bruxelles sont entravées par l’annonce du Premier ministre hongrois, Viktor Orban, de son intention de mettre son veto à une enveloppe financière de 50 milliards d’euros destinée à l’Ukraine. Il s’oppose également à la demande d’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne.

Publicités

Orban a justifié sa position en déclarant que l’Ukraine, qu’il considère comme l’un des pays les plus corrompus au monde, ne devrait pas être autorisée à entamer un processus de négociation d’adhésion. Il évoque également les conséquences économiques d’une telle adhésion, notamment sur la Politique agricole commune, principale source de financement de l’UE.

Le président français, Emmanuel Macron, a tenté d’apaiser les tensions en invitant Orban à l’Élysée et en réaffirmant le soutien de la France à l’Ukraine. Il a salué les efforts de l’Ukraine dans les réformes de la justice, la lutte contre la corruption et la protection des droits des minorités nationales.

Malgré les tentatives de médiation, Viktor Orban a maintenu sa position, ce qui compromet la décision du Conseil européen sur l’avenir de l’Ukraine. La situation est d’autant plus critique que le soutien occidental à l’Ukraine semble s’effriter, alors que le pays fait face à une grave crise économique et à une pénurie de munitions après l’échec de sa contre-offensive.

La question de l’adhésion de l’Ukraine à l’UE a des répercussions importantes sur l’ensemble de l’Europe, en particulier sur la répartition des fonds européens et les relations politiques au sein de l’Union.

La France, tout en affirmant son soutien à l’Ukraine, continue de chercher des solutions pour débloquer la situation et garantir un avenir stable pour le pays face à la guerre en Ukraine.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *