Une coalition internationale se forme pour protéger le trafic maritime en mer Rouge

Une coalition internationale se forme pour protéger le trafic maritime en mer Rouge

La Grèce a annoncé jeudi faire partie de la coalition, aux côtés de la France, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne, et les Seychelles. Cette coalition vise à défendre le trafic maritime en mer Rouge, menacé par une récente vague d’attaques menées contre des navires par les rebelles houthis, avec des drones et des missiles, perturbant les flux du commerce mondial. Pour faire face à cette situation, une force multinationale de protection maritime a été mise sur pied par les États-Unis en début de semaine. La coalition militaire aura pour mission de patrouiller en mer Rouge et dans le golfe d’Aden pour répondre aux appels de bateaux commerciaux et les aider si besoin.

Publicités

Des conséquences économiques et politiques

Les attaques des rebelles houthis en mer Rouge ont des répercussions importantes sur le marché mondial, en particulier sur les prix du pétrole. Les principaux acteurs du transport maritime ont interrompu le passage par le détroit de Bab el-Mandeb, obligeant les navires à effectuer des détours plus longs, ce qui perturbe l’approvisionnement mondial en pétrole. Parallèlement, la sortie de l’Angola de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a suscité des inquiétudes supplémentaires quant à la stabilité des prix du pétrole. Cette situation soulève également des questions sur la capacité de l’Opep à maintenir son influence sur le marché pétrolier compte tenu des tensions internes au sein de l’organisation.

Les réactions internationales

La coalition dirigée par les États-Unis pour protéger le trafic maritime en mer Rouge a déjà entraîné des changements importants dans le commerce mondial du pétrole. Des navires transportant du pétrole ont été redirigés, ajoutant ainsi neuf jours au voyage entre l’Inde et la côte américaine du golfe du Mexique. L’intervention des États-Unis a suscité des réponses de la part d’autres pays, avec des répercussions diplomatiques et des conséquences économiques à l’échelle mondiale, illustrant l’ampleur de l’impact des attaques des rebelles houthis en mer Rouge.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *