Tensions croissantes dans la mer Rouge: Les attaques des Houthis contre les navires commerciaux en alerte internationale

La mer Rouge est le théâtre de tensions croissantes alors que les Houthis, un groupe rebelle du Yémen, intensifient leurs attaques contre des navires commerciaux. Mercredi, un bâtiment de la marine américaine a abattu un drone lancé par les Houthis en direction du destroyer Mason, en réponse à des informations faisant état d’une attaque contre un navire commercial. Les Houthis ont également attaqué le navire commercial Ardmore Encounter à l’aide de skiffs avant de tirer deux missiles qui ont fort heureusement manqué leur cible. Ces attaques surviennent dans un contexte de guerre entre Israël et le Hamas, les Houthis affirmant soutenir les Palestiniens en attaquant des navires ayant des liens avec Israël.

Publicités

En plus de ces attaques, un cargo appartenant à un milliardaire israélien, le Galaxy Leader, a été détourné par les rebelles houthis depuis le 19 novembre. Les 25 membres d’équipage du navire sont toujours otages, tandis que le navire est devenu une attraction touristique pour certains Yéménites. Par ailleurs, d’autres attaques ont été signalées au large du port yéménite d’Hodeidah, accentuant les craintes pour la sécurité des navires empruntant cette route stratégique, par laquelle transite 40% du commerce mondial. Les États-Unis envisagent de renforcer leur présence en mer Rouge et de mobiliser d’autres pays pour sécuriser la région, mais les leviers sur le mouvement rebelle houthi sont limités.

Cette escalade d’attaques dans la région de la mer Rouge met en lumière de nouveaux défis pour les marines occidentales, confrontées à l’utilisation croissante de drones par les Houthis. Plusieurs de ces drones ont été interceptés ces dernières semaines, obligeant les autorités à repenser leurs stratégies de défense. Les experts maritimes soulignent la nécessité de trouver des solutions efficaces face à cette menace, qui pourrait avoir un impact majeur sur le commerce et la sécurité dans la région.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *