Scandale des présidentes d’universités américaines

Les Présidentes des grandes universités américaines sous le feu des critiques

Une audience devant la commission de l’éducation et de la main-d’œuvre de la Chambre des représentants s’est tenue le 5 décembre à Washington, mettant en lumière un échange tendu entre les présidentes de trois grandes institutions universitaires. Claudine Gay, nouvelle présidente de l’université de Harvard, Elizabeth Magill de l’Université de Pennsylvanie et Sally Kornbluth du Massachusetts Institute of Technology ont été vivement critiquées suite à leurs réponses concernant les débordements antisémites sur les campus.

Publicités

Les présidentes ont été incapables de répondre clairement à la question posée par la représentante au Congrès Elise Stefanik, suscitant une vive polémique. Le débat a depuis suscité une vague de consternation et de critiques, entraînant des appels à la démission des trois présidentes ainsi que la désolidarisation de la Maison Blanche.

Les enseignants noirs ont également exprimé leur désaccord avec les réponses des présidentes, soulevant la question du traitement des sujets sensibles au sein des universités américaines et de la communication avec les instances politiques.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *