Réforme économique controversée en Argentine

Réforme économique controversée en Argentine

Le gouvernement argentin a convoqué le Parlement en session extraordinaire pour examiner un paquet de mesures visant à réformer l’État et un décret controversé sur une dérégulation massive de l’économie, selon le texte signé vendredi soir par le président ultralibéral Javier Milei. La session extraordinaire doit se tenir du 26 décembre au 31 janvier, au sein du Parlement, où le parti d’extrême droite de Javier Milei est largement minoritaire.

Publicités

300 normes à modifier ou abroger Ce « décret d’urgence », signé par Javier Milei dix jours après avoir pris ses fonctions et publié il y a quelques jours au Journal officiel, est destiné à modifier ou abroger plus de 300 normes, dont celles sur les loyers, les privatisations et le droit du travail. Il prévoit notamment l’abrogation de la loi encadrant les loyers ou celle qui tentait de freiner la spéculation de la grande distribution, alors que les prix des articles de première nécessité ne cessent d’augmenter.

Le parti de Milei minoritaire dans les deux chambres Le décret est approuvé à la majorité simple et entrera en vigueur le 29 décembre s’il n’est pas examiné dans le délai imparti. En revanche, pour l’invalider, les deux chambres doivent le rejeter. Le parti d’extrême droite de Javier Milei, La Libertad Avanza, est minoritaire dans les deux chambres, ne comptant que 40 sièges sur 257 à la Chambre basse et seulement sept sièges au Sénat sur 72.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *