Prise de Wad Madani : situation humanitaire critique

La prise de Wad Madani par les Forces de Soutien Rapide

La ville de Wad Madani, capitale régionale de l’Etat de la Jezira, a été prise par les Forces de Soutien Rapide (FSR) du général Mohammed Hamdan Dagalo, surnommé « Hemetti ». Cette prise signifie un nouveau revers pour l’armée soudanaise qui perd ainsi le contrôle d’un important centre de ravitaillement vers la capitale et d’une région agricole clé pour le pays. Les habitants de la région sont pris de panique et des centaines de milliers de personnes ont fui la ville face à l’assaut des FSR.

Publicités

Les combats ont déjà provoqué un exode massif, avec 300 000 personnes ayant fui Wad Madani en quelques jours. Les Forces de Soutien Rapide suscitent de vives inquiétudes quant aux exactions commises sur les populations civiles, en particulier après les témoignages de violences dans d’autres régions du pays. La situation humanitaire est désastreuse, avec des organisations humanitaires contraintes de suspendre leurs activités et un nombre croissant de personnes déplacées ayant besoin d’une aide d’urgence.

La situation humanitaire critique pour les enfants

L’escalade des combats a forcé plus de 150 000 enfants à quitter leur foyer en moins d’une semaine dans l’Etat d’Al Jazirah. La ville de Wad Madani, qui servait de centre principal pour les services essentiels et humanitaires, a vu ses opérations humanitaires suspendues. La suspension de ces missions a eu un impact supplémentaire sur les enfants et les familles, laissant des milliers de personnes, y compris des enfants, en danger.

La crise humanitaire au Soudan est alarmante, avec plus de la moitié de la population ayant besoin d’aide. L’UNICEF et ses partenaires ont un besoin urgent de financement pour répondre à l’ampleur des besoins humanitaires. Alors que la situation continue de s’aggraver, l’UNICEF appelle à un cessez-le-feu immédiat dans tout le Soudan et à un accès humanitaire sûr et sans entrave pour fournir une aide vitale aux enfants les plus vulnérables.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *