Présidentielle russe de 2024 : Poutine inévitable, Duntsova en embuscade

Candidats à la présidentielle russe de 2024 : vers une formalité pour Poutine?

La présidentielle de mars 2024 en Russie semble déjà jouée d’avance avec l’annonce de la candidature de Vladimir Poutine à sa propre réélection. Léonid Sloutski, fidèle du Kremlin et désigné comme candidat par son parti, a d’ores et déjà promis une victoire « énorme » au président sortant. Malgré son appartenance à une formation politique se voulant opposition parlementaire, Sloutski affiche clairement son soutien à Poutine et assure qu’il ne fera pas d’ombre au leader russe. Cette situation soulève des interrogations sur la véritable portée de ces candidatures et met en lumière l’absence d’une opposition significative à Poutine.

Publicités

Ekaterina Duntsova, une candidate atypique à la présidentielle russe

Face à la prédominance de la candidature de Poutine et celle de fidèles comme Léonid Sloutski, une figure atypique émerge dans la course à la présidentielle russe de 2024 : Ekaterina Duntsova. Cette journaliste, mère célibataire de trois enfants, ambitionne de se présenter à l’élection présidentielle et met en avant son engagement pour les libertés individuelles, la pacification et la décentralisation du pouvoir. À la fois une figure rare dans le paysage politique russe et un défi pour les procédures électorales en vigueur, Duntsova tente de faire valoir une alternative à la prédominance de Poutine et remet en question la pluralité des candidatures en Russie.

Les enjeux d’une candidature « indépendante » en Russie

Ekaterina Duntsova, en tant que candidate « indépendante », se heurte à de nombreux obstacles pour concrétiser sa candidature, dont la collecte de 300 000 signatures de soutien à l’échelle nationale. Sa marginalisation vis-à-vis des grands médias nationaux et les interrogatoires du parquet local sur ses intentions et positions politiques mettent en lumière les difficultés pour une candidature « hors système ». Le défi de Duntsova, à l’image de toute candidature indépendante en Russie, pose ainsi la question de la représentativité réelle dans un processus électoral où l’écrasante domination de Poutine semble être la règle.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *