Le déni des crimes du Hamas

Le déni des crimes du Hamas

Entre relativisation ou franc négationnisme, de nombreux commentateurs contestent le fait que le Hamas ait commis des crimes, ou minimisent le nombre de victimes civiles israéliennes. Au prix de contorsions conspirationnistes, et en dépit des innombrables preuves.

Publicités

Le 7 octobre, le Hamas, et à sa suite d’autres factions palestiniennes, a déferlé sur le territoire israélien, faisant près 1 200 victimes. A cette heure, l’identité de 790 de ces civils est déjà connue.

Le Hamas n’a pas reconnu ces crimes contre les populations civiles. Aux premiers jours suivant l’attaque, le mouvement a tenté de justifier l’injustifiable en refusant de considérer comme des «civils» ceux qu’il estimait être des participants d’un siège permanent de la bande de Gaza. Mais ce discours, rendu inaudible par l’horreur des images et des témoignages…

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *