La COP28 de Dubaï : Objectifs ambitieux pour la transition énergétique

La COP28 de Dubaï : vers l’abandon des combustibles fossiles

La Conférence des parties (COP) de Dubaï a donné un signal fort en faveur de la transition vers l’abandon des combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques mondiaux. Bien que certains estiment que le texte adopté ne va pas assez loin, il représente une avancée significative dans la lutte contre le changement climatique. Les investisseurs ont été interpellés par cette formule qui appelle à tripler la capacité des énergies renouvelables, doubler l’efficacité énergétique et abandonner progressivement les combustibles fossiles d’ici 2030. Chaque pays devra désormais se positionner par rapport à ces objectifs lors des prochaines années.

Publicités

Les objectifs de la COP28 prévoient des engagements collectifs en faveur de la transition énergétique, mais ils ne seront pas nécessairement appliqués de la même manière par tous les pays. Certains pays comme la Suède et le Kenya, qui ont déjà des parts importantes d’énergies renouvelables, auront des défis spécifiques à relever. En outre, la nécessité de réorienter les investissements mondiaux vers les énergies propres, en particulier dans les pays en développement, est mise en avant pour atteindre ces objectifs ambitieux.

Alors que la Chine s’est montrée relativement discrète lors de la COP28, il est important de noter son rôle crucial dans le paysage énergétique mondial. Malgré sa consommation croissante de charbon, la Chine investit massivement dans les énergies alternatives et s’affirme comme un acteur majeur de la lutte contre la pollution. Des accords bilatéraux avec les États-Unis ainsi que des efforts internes démontrent l’engagement de la Chine dans la transition énergétique et la préservation de l’environnement.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *