Débat international à la COP28 entre l’augmentation des énergies renouvelables et le doublement de la production nucléaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Deux appels contradictoires lors de la COP28 : tripler les énergies renouvelables électriques ou doubler la production d’électricité nucléaire. La France, ainsi que plus de cent-vingt pays, soutiennent le premier, tandis qu’une vingtaine de pays, largement inspirés par le nôtre, appuient le deuxième. La simultanéité de ces deux appels invite à comparer leurs effets possibles sur les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que leurs perspectives de succès.
À ce jour, les capacités renouvelables électriques s’élèvent à plus de 4 000 gigawatts, avec l’hydroélectricité, le solaire et l’éolien en tête. Ils ont produit 8 600 térawattheures en 2022, représentant près de 30% de la production électrique mondiale. L’Agence internationale de l’énergie préconise de porter les capacités renouvelables à 11 000 GW, un peu moins que le fameux triplement, pour atteindre l’objectif de limiter l’augmentation de la température moyenne du globe à 1,5 °C.

Publicités

D’un autre côté, la lettre du koweïtien Haitham al-Ghais, secrétaire général des pays exportateurs de pétrole, adressée aux pays membres ou associés de l’organisation, appelle à rejeter tout accord ciblant les énergies fossiles, au lieu de se concentrer sur les émissions de gaz à effet de serre. Ceci a provoqué une vive réaction chez un certain nombre de pays, dont la France, qui a exprimé son soutien en faveur de la sortie des énergies fossiles. Cependant, certains pays pétroliers craignent les conséquences économiques d’une telle transition, étant fortement dépendants du pétrole pour leur budget.

Cette situation de tension extrême à la COP28 a également vu l’OPEP adresser une lettre enjoignant à ses membres de rejeter tout accord ciblant les énergies fossiles, créant ainsi des divisions au sein de la conférence. La décision finale quant à l’orientation énergétique future semble être en suspens, laissant entrevoir un possible compromis entre les deux positions divergentes.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *