Prestigieuse université américaine UPenn : démissions après une audition controversée

La présidente de l’université de Pennsylvanie, Elizabeth Magill, ainsi que le chef de son conseil d’administration, Scott Bok, ont annoncé leur démission suite à une audition critiquée devant le Congrès à Washington concernant l’antisémitisme sur les campus américains. Les auditions ont été ouvertes suite à une augmentation de l’antisémitisme sur les campus depuis le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre.

Publicités

Lors de cette audition, il a été demandé à Elizabeth Magill si le fait d' »appeler au génocide des juifs » constituerait une infraction au règlement de l’université de Pennsylvanie. Sa réponse, jugée extrêmement lénifiante, a suscité un tollé mondial. Elle a déclaré que « si le discours se transforme en conduite, cela peut être du harcèlement » et que la qualification dépendait du contexte. Ses propos ont été critiqués pour manquer de fermeté et pour ne pas condamner clairement les appels au génocide des juifs.

Les démissions de Magill et Bok font suite à celles de leurs paires présidentes d’universités, Claudine Gay de Harvard et Sally Kornbluth du Massachusetts Institute of Technology, après cinq heures d’audition agressive devant une commission du Congrès. Ces démissions font suite à la pression exercée par de riches donateurs des universités, qui ont suspendu leurs dons et menacé de retirer des fonds à la suite des réactions des présidentes lors de cette audition.

Cette polémique met en lumière les tensions et les enjeux autour de l’antisémitisme sur les campus américains, exacerbés par le conflit entre Israël et le Hamas. Les propos des dirigeants d’universités sont scrutés de près et leur réaction face à l’antisémitisme est soumise à un examen minutieux.

Cette affaire soulève des questions sur la liberté d’expression, la gestion des discours haineux et la responsabilité des dirigeants d’universités face à l’antisémitisme et à toute forme de discrimination. La démission de la présidente de l’université de Pennsylvanie et des pressions exercées sur d’autres dirigeants d’universités mettent en lumière les défis auxquels ces institutions sont confrontées dans un contexte de tension et de divisions autour de questions sensibles.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *