Le président argentin dérégule massivement l’économie

Le président argentin dérégule massivement l’économie

Après avoir promis des coupes « à la tronçonneuse », le président argentin a signé un décret destiné à modifier ou abroger plus de 300 normes. Parmi les mesures annoncées figurent l’abrogation de la loi encadrant les loyers, la privatisation d’entreprises publiques comme la compagnie aérienne Aerolineas Argentinas ou le groupe pétrolier YPF, ainsi que des mesures de dérégulation dans les secteurs du tourisme, de la santé, d’internet, du transport aérien, de la pharmacie, de la viticulture ou encore du commerce. Le décret a été publié à minuit au journal officiel et devra être examiné dans les dix jours par une commission mixte composée de députés et de sénateurs.

Publicités

Concert de casseroles et première manifestation

L’annonce du programme choc du président a rapidement provoqué une réaction populaire. Des milliers d’Argentins sont descendus dans les rues pour manifester leur mécontentement, bravant le récent dispositif qui criminalise les manifestants. Malgré les tentatives de dissuasion du gouvernement, la foule a réussi à se rassembler pour exprimer son rejet des réformes imposées par le président. Les manifestations ont été marquées par un climat tendu et des affrontements avec les forces de l’ordre.

Des mesures économiques engendrent la colère

Les mesures d’austérité annoncées par le président, telles que la dévaluation de plus de 50 % du peso et la réduction des subventions aux transports et à l’énergie, ont provoqué une vive réaction de la population. Le nouveau protocole de maintien de l’ordre, qui restreint les manifestations dans les rues, a suscité la colère des protestataires qui dénoncent un retour à des pratiques autoritaires. Malgré les tentatives du gouvernement de minimiser les manifestations, la contestation ne semble pas faiblir.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *