L’Argentine annonce une dévaluation de sa monnaie et des mesures d’austérité budgétaire

Le gouvernement argentin, nouvellement dirigé par le président populiste Javier Milei, a pris une série de mesures économiques drastiques deux jours après son investiture. La dévaluation de plus de 50 % du peso a été annoncée, passant de 400 à 800 pesos pour un dollar. Cette décision spectaculaire fait partie d’un ensemble de mesures d’urgence en réponse à une inflation et un endettement sévères.

Publicités

Le ministre de l’Économie, Luis Caputo, a également annoncé une réduction des subventions publiques à l’énergie et aux transports. Ces mesures visent à éviter une hyperinflation redoutée qui pourrait atteindre les 15 000 %. Les conséquences immédiates de telles actions auront un impact négatif sur le pouvoir d’achat des Argentins, dont 40 % vivent actuellement sous le seuil de pauvreté.

Pour atténuer l’impact sur les citoyens les plus vulnérables, le gouvernement a l’intention de maintenir des programmes sociaux d’aide à l’emploi et de renforcer les politiques sociales pour les personnes dans le besoin. Cela se traduira notamment par une augmentation des « cartes alimentaires » pour les plus démunis.

Cette stratégie économique, clairement approuvée par le président Milei, qui avait fait campagne sur des coupes budgétaires, vise à stabiliser l’économie à long terme. Cependant, les effets à court terme sur la population sont présentés comme inévitables. Le ministre Caputo a souligné que l’État ne dispose actuellement ni des ressources ni du financement nécessaires pour poursuivre les chantiers publics. Ainsi, ceux-ci seront désormais entrepris par le secteur privé.

Les ministères et la haute fonction publique subiront également des réductions drastiques, avec une diminution de 34 % des postes politiques de l’État. Cette vision austère de la gestion budgétaire a contribué à une prise de conscience chez les Argentins concernant les contraintes financières auxquelles leur pays est confronté.

Alors que ces mesures radicales suscitent des réactions vives au sein de la population, le gouvernement argentin s’efforce de justifier sa politique économique en affirmant qu’elle constitue la seule voie possible pour rétablir la stabilité du pays à long terme.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *