La Cour suprême du Colorado exclut Donald Trump de la course à la présidence 2024

La Cour suprême du Colorado exclut Donald Trump de la course à la présidence 2024

La Cour suprême du Colorado a rendu une décision historique en excluant Donald Trump de la course à la présidence en 2024 dans cet État. La majorité des juges ont confirmé la décision de première instance concluant que l’ancien président s’était « livré à une rébellion » lors de l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, une décision dont l’impact sur la campagne présidentielle américaine reste à évaluer. Tous les regards sont désormais tournés vers la Cour suprême des États-Unis, et la décision de cette dernière pourrait avoir un impact sur la liste des candidats aux primaires républicaines prévues dans cet État le 5 mars 2024. La suspension de l’injonction de la Cour suprême du Colorado jusqu’au 4 janvier maintient temporairement le nom de Donald Trump sur les bulletins, en attendant un recours éventuel devant la Cour suprême fédérale.

Publicités

La disqualification de Donald Trump dans le Colorado pourrait avoir un effet boule de neige sur la campagne à la Maison-Blanche, bien que cet État ne soit pas déterminant pour l’ancien président. Cependant, l’exclusion de Donald Trump dans cet État pourrait inciter d’autres tribunaux et autorités électorales à emboîter le pas, compromettant ainsi ses chances de victoire dans d’autres États sur lesquels il compte pour remporter l’élection présidentielle. Cette décision de la Cour suprême du Colorado s’appuie sur le 14e amendement de la Constitution américaine, ouvrant ainsi un débat juridique sur l’inéligibilité de l’ancien président et suscitant des questions sur l’application de cette décision à d’autres États.

La Cour suprême du Colorado a décidé d’exclure Donald Trump de la course à la présidence en 2024 dans cet État en raison de ses agissements lors de l’assaut du Capitole. Cette décision repose sur l’article 3 du 14e amendement de la Constitution américaine, qui interdit aux responsables gouvernementaux ayant pris part à « une insurrection ou une rébellion » d’exercer leurs fonctions. Donald Trump a annoncé qu’il ferait appel de cette décision devant la Cour suprême des États-Unis, la plus haute juridiction du pays, dans l’espoir de rétablir son éligibilité pour la prochaine élection présidentielle.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *