Revirement spectaculaire du dirigeant des séparatistes arméniens du Haut-Karabakh

Le revirement spectaculaire du dirigeant des séparatistes arméniens du Haut-Karabakh

La république séparatiste autoproclamée du Haut-Karabakh avait annoncé qu’elle cesserait d’exister à partir du 1er janvier 2024. Cependant, le dirigeant des séparatistes arméniens du Haut-Karabakh a annoncé vendredi 22 décembre l’annulation de la dissolution des entités sécessionnistes, prévue depuis la fin de septembre par un décret. Ce retournement de situation intervient à moins de dix jours de la dissolution annoncée, créant une tension inattendue dans la région disputée depuis plus de trois décennies.

Publicités

Un décret sans effet concret sur le sort du Haut-Karabakh

Malgré le décret signé par le dirigeant des séparatistes arméniens du Haut-Karabakh, la réalité sur le terrain montre que celui-ci n’a plus de pouvoir sur le sort de l’enclave. En effet, une offensive victorieuse de l’Azerbaïdjan en septembre a repris l’ensemble de cette région montagneuse, contraignant les séparatistes à rendre les armes et entraînant la fuite de la quasi-totalité de ses habitants vers l’Arménie. Cette situation rend le décret « un papier vide », selon le bureau du dirigeant des séparatistes arméniens.

Un geste symbolique pour maintenir l’espoir de restaurer les droits des séparatistes

La décision du revirement du dirigeant des séparatistes arméniens du Haut-Karabakh est perçu comme un geste symbolique de résistance visant à maintenir l’espoir de restaurer les droits des séparatistes. Malgré le manque de contrôle sur le territoire, cette annonce vise également à provoquer une réaction de la communauté internationale, qui semble avoir « tourné la page » du conflit au Haut-Karabakh.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *