Réélection d’Al-Sissi en Égypte malgré une opposition affaiblie et une crise économique.

La réélection du président en Égypte semble inévitable alors que l’opposition est largement marginalisée et muselée. Dans un contexte de crise économique majeure, le président actuel Abdel Fattah al-Sissi est en passe de se voir attribuer un troisième mandat lors des élections présidentielles qui ont débuté le dimanche 10 décembre.
Malgré la détérioration de l’économie égyptienne, marquée par une inflation de 40% et une hausse significative des prix des denrées alimentaires, le président sortant demeure le principal candidat à sa propre succession. Lors de sa campagne, il a choisi de ne pas mettre en avant son bilan et n’a pris part à aucun meeting politique, mettant plutôt en avant son rôle de figure incontournable dans le conflit israélo-palestinien.

Publicités

Alors que le pays traverse une crise économique sans précédent, le président égyptien s’est positionné comme un acteur central dans le récent conflit entre Israël et le Hamas. Il a affirmé publiquement son soutien aux Palestiniens et a été l’instigateur de rassemblements de masse en Égypte en faveur de la bande de Gaza. De plus, l’Égypte a joué un rôle clé dans l’acheminement de l’aide humanitaire à Gaza, en raison de sa frontière directe avec le territoire palestinien.

Le président égyptien a également affirmé sa volonté de réaffirmer la puissance de l’Égypte dans le conflit israélo-palestinien en organisant un sommet pour la paix auquel ont été conviés plusieurs leaders mondiaux. En tant qu’intermédiaire traditionnel dans le conflit israélo-palestinien, l’Égypte a organisé des pourparlers entre Israël et le Hamas, jouant ainsi un rôle important dans la négociation des échanges d’otages et la recherche de cessez-le-feu.

Cependant, l’implication de l’Égypte dans la résolution du conflit israélo-palestinien est également motivée par des considérations internes. Le régime craint notamment un afflux de réfugiés à sa frontière en cas de détérioration de la situation à Gaza, et craint également l’arrivée de membres du Hamas, affiliés aux Frères musulmans traditionnellement opposés au pouvoir en place. En effet, la question palestinienne est un sujet sensible en Égypte et peut rapidement se transformer en source de contestation publique.

Dans ce contexte tendu, les élections présidentielles semblent être une formalité pour Abdel Fattah al-Sissi, notamment en raison du manque d’opposition significative et de la marginalisation de toute tentative de contestation. Malgré le mécontentement expansif de la population en raison de la grave crise économique que traverse le pays, la réélection du président en exercice semble être une évidence.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *