La Chine joue un rôle pivot à la COP28

Alors que les négociations battent leur plein à la Conférence des parties sur le climat (COP28) à Dubaï, la Chine se retrouve au centre de toutes les discussions. En tant que premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, le pays suscite un intérêt particulier de la part des autres participants. Malgré sa réputation de grande pollueuse, la Chine se distingue par ses efforts dans le domaine des énergies renouvelables, notamment l’éolien et le solaire. Cette dualité fait de la Chine un acteur clé dans les négociations sur le climat.

Publicités

Les observateurs notent un engagement « étonnamment constructif » de la Chine lors des discussions. Le négociateur en chef chinois, Xie Zhenhua, est présent sur tous les fronts, facilitant les échanges et construisant des ponts entre les États, en particulier avec les pays en développement.

Malgré ses avancées dans les énergies renouvelables, la Chine continue de construire de nouvelles centrales à charbon, ce qui suscite des interrogations sur sa réelle volonté de réduire les énergies fossiles. Néanmoins, la Chine a signé une déclaration conjointe avec les États-Unis avant la COP, soulignant la nécessité de réduire les énergies fossiles au profit des énergies renouvelables.

La présence massive de lobbyistes des énergies fossiles à la COP28 reflète les enjeux actuels des négociations. Les discussions sur les énergies fossiles revêtent une importance capitale, et les différents acteurs s’efforcent de défendre leurs intérêts, créant une atmosphère de tension extrême.

Il reste encore des ajustements à faire dans les négociations, notamment concernant le « Global Stocktake » et le « Global Goal on Adaptation », pour lesquels des compromis doivent être trouvés. Tous les regards sont tournés vers la Chine et les États-Unis, dont une entente pourrait déterminer la suite des débats.

La COP28 à Dubaï s’avère être un rendez-vous crucial pour l’avenir de la planète, et la participation de la Chine est plus que jamais surveillée de près par la communauté internationale.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *