L’Espagnole Nadia Calviño nommée à la présidence de la Banque européenne d’investissement

Les Vingt-Sept se sont mis d’accord pour nommer l’Espagnole Nadia Calviño, 55 ans, à la tête de la Banque européenne d’investissement (BEI). Cette institution communautaire méconnue mais très puissante, basée à Luxembourg, joue un rôle clé dans la transition climatique de l’Union européenne. Nadia Calviño prendra la succession de l’Allemand Werner Hoyer, dont le mandat s’achève à la fin de l’année.

Publicités

La candidature de Nadia Calviño a été approuvée par consensus, après le soutien de l’Allemagne, puis celui déclaré à la dernière minute de la France, les deux premiers actionnaires de la banque. Pas sûr qu’elle aurait pu passer s’il y avait eu un vote, dont les critères très stricts exigeaient un quorum de 68% des voix des actionnaires de la BEI et le soutien d’au moins 18 États membres.

Nadia Calviño s’est bâtie une solide réputation parmi ses pairs européens. Elle a été directrice générale du Budget à la Commission européenne et a occupé le poste de ministre de l’Économie en Espagne, avec le titre de vice-présidente du gouvernement. Elle a également réussi à mener de front la gestion de l’économie espagnole face à la crise du Covid et aux conséquences de la guerre en Ukraine.

Polyglotte, pragmatique et rompue aux arcanes de l’UE, Nadia Calviño a su s’imposer comme un poids lourd du gouvernement espagnol. Son expérience et sa maîtrise des enjeux économiques européens ont été déterminantes pour sa nomination à la présidence de la BEI.

Cette désignation est une victoire pour l’Europe du Sud et marque un tournant important pour la BEI, qui accueillera pour la première fois une femme à sa tête.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *