Le groupe Casino au bord de la faillite: Mobilisation à Saint-Étienne

Le groupe Casino, une entreprise emblématique de la distribution française, se trouve actuellement dans une situation critique. Avec une procédure de sauvegarde en cours jusqu’en février 2024, l’entreprise est au bord de la faillite. En Corse, 1 200 salariés travaillent dans les hypers, supermarchés et drives du groupe, et la menace d’une restructuration plane au printemps prochain. Une certaine inquiétude persiste, notamment chez la CGT locale, quant à l’impact sur l’emploi et la possible vente à la découpe des magasins. Le groupe allemand Aldi, pour sa part, a confirmé ne pas figurer parmi les candidats à la reprise, privilégiant des formats de magasins plus petits.

Publicités

Au-delà de l’aspect économique, la possible disparition de l’enseigne de distribution Casino suscite également une forte émotion à Saint-Étienne, où l’entreprise est profondément enracinée dans l’identité locale. Fondé par Geoffroy Guichard en 1898, le groupe a joué un rôle majeur dans la vie économique et sociale de la ville. Son importance historique est soulignée par des personnalités telles que Dominique Rocheteau, ancien joueur de l’AS Saint-Étienne, et des représentants politiques locaux, tous appelant à défendre l’enseigne, véritable pilier de l’identité stéphanoise. La possible fin de l’enseigne est ainsi perçue comme un véritable enjeu identitaire pour la ville et ses habitants.

En réponse à cette situation préoccupante, les employés, les syndicats, les personnalités locales et les habitants se mobilisent pour défendre l’entreprise. Dimanche, un rassemblement est prévu à Saint-Étienne pour manifester le soutien de toute la ville à Casino. Pour de nombreuses familles, l’entreprise a constitué une véritable histoire de famille, marquant profondément la vie locale. La mobilisation générale des salariés, fournisseurs, supporters de l’ASSE et de la population est ainsi appelée pour éviter « un nouveau Manufrance », en référence à la liquidation d’une grande entreprise locale dans les années 1980.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *