Enquête sur le rachat d’U.S. Steel par Nippon Steel par l’agence gouvernementale américaine

Enquête sur le rachat d’U.S. Steel par Nippon Steel par l’agence gouvernementale américaine

Joe Biden se trouve dans une situation bien embarrassante. Si le président américain ne peut se mêler ouvertement des affaires d’entreprises privées, le candidat à un second mandat ne peut passer sous silence le rachat envisagé du sidérurgiste U.S. Steel par le groupe japonais Nippon Steel. Le locataire de la Maison Blanche estime que « l’achat de cette entreprise américaine emblématique par une entité étrangère – même celle d’un allié proche – semble mériter un examen approfondi en termes de sécurité nationale et de fiabilité de la chaîne d’approvisionnement », a déclaré sa principale conseillère économique, Lael Brainard, dans un communiqué.

Publicités

Une enquête va désormais être menée par l’agence gouvernementale américaine chargée d’évaluer le risque des investissements étrangers, le CFIUS, auquel les deux groupes ont soumis leur projet de rapprochement, a indiqué U.S. Steel, jeudi à l’AFP. « Le Japon est un allié important des Etats-Unis. Il s’agit d’un développement important pour l’acier américain, pour les emplois américains et pour la sécurité nationale américaine », a souligné le groupe. La saisine du CFIUS est souvent réalisée par les entreprises elles-mêmes lorsqu’elles veulent recevoir un blanc-seing pour une opération transfrontière dans un secteur susceptible d’être considéré comme crucial pour la sécurité nationale américaine.

L’administration Biden est « prête à examiner attentivement les conclusions de toute enquête et à agir le cas échéant », a dit la Maison Blanche. Joe Biden, qui affiche régulièrement son soutien aux syndicats, a reçu le soutien du syndicat des métallurgistes USW, opposé à ce rachat, et qui a dit dans un communiqué partager « beaucoup d’inquiétude » exprimées par la Maison Blanche. Joe Biden subit aussi une vive pression de la part d’opposants à cette acquisition d’US Steel par un groupe japonais, y compris dans son propre camp politique.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *