Marché immobilier français : les raisons d’un ralentissement et les voies vers une reprise

Depuis l’automne 2022, le marché immobilier français a connu une sérieuse stagnation, en grande partie due à la hausse des taux d’intérêt. Cette augmentation a entraîné une flambée des prix, réduisant ainsi la capacité d’emprunt des ménages. En parallèle, les banques ont durci leurs critères d’octroi de crédits, impactant principalement les primo-accédants. En conséquence, le nombre de transactions immobilières a baissé de 18% entre septembre 2022 et septembre 2023, selon les données du Conseil supérieur du notariat.

Publicités

Les chiffres ne trompent pas. Les taux moyens de crédits immobiliers se sont élevés autour de 4,3% fin novembre, contre environ 1% en 2021, entraînant une diminution de la capacité d’emprunt des ménages. Avec des prix en légère baisse de 0,2% sur un an en décembre, le marché de l’immobilier semble être dans une phase de redressement encore timide. Néanmoins, cette baisse reste insuffisante pour relancer le marché, et une chute des prix d’environ 20 à 25% serait nécessaire pour atteindre un équilibre, selon les spécialistes du secteur.

Mais la crise ne s’arrête pas là. Le marché locatif connaît également des difficultés, avec une baisse de 18% du stock d’offres de biens à louer depuis janvier 2022. Les jeunes actifs, en particulier, sont contraints de rester en location en raison des difficultés d’accès à la propriété, contribuant ainsi à la saturation du marché de la location.

Malgré ce contexte difficile, les spécialistes de l’immobilier insistent sur le fait que les acheteurs solvables ont aujourd’hui un réel pouvoir de négociation pour faire baisser les prix des biens. De plus, il est rappelé que l’achat avec un taux à 4% ne signifie pas une absence de possibilité de renégociation de crédit lorsque les taux baisseront à l’avenir.

Alors que de nombreux ménages adoptent une attitude attentiste face à la situation du marché, les experts conseillent de rester vigilants et de poursuivre ses projets immobiliers, en scrutant attentivement les offres et en explorant les possibilités de négociation.

La question qui se pose désormais est de savoir si le marché immobilier français parviendra à se remettre sur les rails en 2024, et si les mesures prises par les autorités fiscales pourraient contribuer à une éventuelle reprise.

Pour aller plus loin:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *